Quelles sont les différentes formes de frigidité ?

1948002_843333145681759_8732238883233579490_n•    L’Anaphrodisie. L’anaphrodisie est l’absence de désir sexuel. Si cette absence existe toujours, on parle d’anaphrodisie primaire ; si elle apparaît après une connaissance du plaisir, on dit que l’anaphrodisie est secondaire. Une telle femme n’a pas le désir spontané de l’acte sexuel. •    l’Anorgasmie…. L’anorgasmie elle, est l’absence du seul orgasme, le désir étant conservé. Cette absence d’orgasme peut elle aussi, être primaire ou secondaire. La frigidité serait l’association d’une absence de désir et de plaisir. Le Désir, un problème récurent.
Il est de façon générale circonscrite en étapes : Il s’agit de la phase du désir, de la phase de la stimulation et de la phase de l’orgasme. Ce qui fait qu’il peut arriver à n’importe quel homme ou femme de perdre parfois tout intérêt pour le sexe. Car, si près de 28% des hommes de 18 à 59 ans souffrent plus ou moins occasionnellement d’impuissance, les femmes, elles, seraient 43 % à éprouver des « dysfonctions sexuelles », de l’absence de désir au problème de lubrification en passant par l’anorgasmie et les douleurs vaginales, si l’on en croit une étude sociologique de l’université de Chicago. Mieux, Marie Chevret-Meason, psychiatre et sexologue à Lyon, ajoute : « Le principal problème de la sexualité chez les femmes est celui du désir ». L’attention entretient le désir !
« L’entretien du lien amoureux se joue surtout avec le haut du corps », expliquait ce spécialiste lors d’un congrès. Mais on n’apprend pas toujours à échanger des paroles chaleureuses et à faire passer des émotions sans se parler. « Nous faisons aussi beaucoup de gestes affectifs en pilotage automatique, comme les baisers TGV », soulignait notre expert. Prendre le temps de se regarder, de se toucher, d’avoir de petites attentions pour l’autre, c’est pourtant vital pour un couple et pas forcément compliqué. S’approcher lentement de l’autre, le regarder un moment avant de le surprendre en glissant ses bras autour de son cou, même la façon de se déplacer peut en dire long. C’est d’ailleurs un « exercice » que les sexologues font parfois mimer à ceux ou celles qui viennent consulter pour une perte de désir. Si l’on veut avoir une vie amoureuse et sexuelle épanouie, il faut en effet s’en occuper. Le désir ne tombe pas du ciel tous les jours. Il faut l’entretenir et aller le chercher, en sachant se rendre disponible dans sa tête, répètent les spécialistes. Les imprévus de la vie, comme une maladie, une opération ou la perte d’un emploi, peuvent venir jouer les trublions. Mais, là encore, les couples qui ont su cultiver une bonne complicité s’en sortent mieux.

Leave a Reply