Infection urinaire – Remède naturel

baatou keur gui

Les infections urinaires touchent la vessie, l’urètre et les reins.  L’infection urinaire et l’inflammation de la vessie sont des affections qui

atteignent essentiellement les femmes soit deux fois plus que les hommes, car le canal entre la vessie et le méat est beaucoup plus court chez la femme.

Il importe de ne pas sous-estimer les infections urinaires mêmes discrètes, dont la répétition peut, dans certains cas, entraîner de graves lésions rénales. L’infection urinaire est souvent limité à la vessie (cystite) mais peut être plus grave est remonté jusqu’aux reins (pyélonéphrite). Les infections urinaires doivent être traitées rapidement car elles peuvent causer des dommages aux riens.

Les signes sont connus : mictions fréquentes, brûlures urinaires, douleurs au-dessus du pubis en particulier après la miction, faux besoin (3 petites gouttes à la fois). Certains signes peuvent faire suspecter une infection aux reins : douleurs lombaires, fièvre, nausée et vomissement, sang dans les urines. Des ce cas la consultation avec un médecin est requise. Attention, il y a des cystites sans symptôme! Les tests d’urine sont souvent employés pour diagnostiquer les infections urinaires, mais certaines femmes ont souvent des symptômes sans que les bactéries soient présentes dans l’urine.

La cause d’infection urinaire est souvent d’origine bactérienne (Escherichia coli). Cette bactérie se retrouve normalement dans une flore intestinale et vaginale, mais la bactérie peut s’introduire dans l’urètre et causer une infection. L’utilisation antibiotique, les relations sexuelles, l’utilisation des contraceptifs oraux ou du diaphragme, le déséquilibre hormonal, le stress, une flore débalancée par la présence d’une levure ou d’un parasite sont tous des autres causes possibles des infections urinaires.

La meilleure prévention est de boire beaucoup d’eau.

La meilleure chose à faire lorsqu’on débute une infection urinaire est de boire beaucoup de liquide : au moins 2 litres d’eau par jour en plus de tisanes, de jus de canneberge ou de vinaigre de cidre et de l’eau orge.

Recette d’eau d’orge. L’orge est un excellent anti-inflammatoire des voies urinaires.

  • Prendre 3 c. à table (45 ml) de grain d’orge entier
  • Mettre à bouillir dans 200 ml d’eau.
  • Mijoter couvert pour 30 minutes
  • Ajouter une tranche de citron pour les derniers       10 minutes
  • Filtrer et dégustez.

Une bonne alimentation va supporter le système immunitaire et aider à maintenir un équilibre acido-basique adéquat pour le corps. Éliminer les aliments qui créer de l’acidité comme la malbouffe, la farine enrichie, le pain et les pâtes blanches, le sucre, l’alcool, la viande rouge, le gras animal, les excitants comme les boissons gazeuses, le thé, le café et le chocolat.

Certains aliments sont particulièrement acides et peuvent irriter le système urinaire. Pour celles qui ont un historique qu’infection urinaire il serait judicieux d’éviter ces aliments : cornichons, tomates, épinard, orange et jus d’orange, vinaigre, rhubarbe, oseille.

Optez plutôt pour des aliments thérapeutiques :

  • Des navets pour ses effets diurétiques, dissolvant des calculs et revitalisant.
  • Des poireaux pour leur richesse en sels alcalins, antiseptique et diurétique.
  • L’ail et l’oignon pour leur aspect antiseptique des voies urinaires
  • Des papayes et des ananas pour ses effets anti-inflammatoires des voies urinaires.

Qu’en est-t-il des plantes comme traitement?

Au premier signe d’infection urinaire boire beaucoup d’eau pour nettoyer le système urinaire. Ensuite prendre une tasse de tisane tiède ou froide, faire une infusion avec une plante de chaque catégorie. Après une tasse de tisane, boire 300ml d’eau et répété aux 30 minutes ou durant le reste de la journée.

  • Anti-infectieuses : busserole (uva ursi), prêle, verge d’or, feuille de bouleau, camomille,
  • Diurétiques : bruyère, feuille de pissenlit, prêle, verge d’or, feuille de framboisier, primevère.
  • Anti-inflammatoire : barbes de maïs, consoude, guimauve, reine des près, bourrache, plantain, feuille artichaut, ortie.
  • Sédatif et tranquillisants : passiflore, mélisse, valériane, scutellaire, lavande.

D’autres trucs judicieux

  • Le jus de canneberge pur non dilué et non sucré ou le jus de myrtille (bleuet) pris 3 ou 4 fois par jour peut être vraiment utiles, ces jus on un effet antibiotique sur la bactérie E-coli (Escherichia coli). La canneberge empêche la bactérie de s’attacher aux parois de la vessie et elle aide à régulariser l’acidité de l’urine. On peut consommer jusqu’à un litre de jus de canneberge pendant les trois premiers jours pour ensuite réduire à 3-4 fois par jour pour les 5 jours suivants. Si le goût du jus de canneberge vous déplait, notez qu’il est possible de prendre des concentrés de canneberges entières sous forme de capsule.
  • Un bain de siège à hydraste du Canada est excellent : mettez 75 gouttes de teinture-mère dans un contenant sur lequel vous pourrez vous asseoir. Prenez un bon livre et laisser tremper vos fesses pendant 15-20 minutes 3 fois par jour.
  • Prendre 3000mg de vitamine C par jour. La vitamine C est antibactérienne tout en aidant le système immunitaire.
  • Le D-mannose est un sucre simple, qui se retrouve naturellement dans des fruits comme la canneberge et l’ananas, il s’absorbe lentement dans le tube digestif mais il n’est pas transformé en glycogène ni stocké dans le foie. Des travaux de recherche ont démontré que le d-mannose lie les bactéries et favorise leur élimination dans l’urine. Le d-mannose a gagné la réputation de pouvoir fournir des résultats à une vitesse exceptionnelle, délogeant souvent les bactéries du tractus urinaire en aussi peu que 24 à 48 heures. On prendre le d-mannose en poudre ou en capsule.

S’il y a chronicité pensez consultez

Dans tout cas de chronicité, il faut revoir l’ensemble des habitudes de vie autant l’aspect nutritionnel que la sphère émotionnelle afin de trouver le déséquilibre qui laisse place à ces infections récurrentes. Consulter un naturopathe agréé permet de trouver les causes, d’enrayer le problème définitivement et d’améliorer le système immunitaire.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *